Les mots de la finance

HEXAGONE FINANCE PRÉSENTE QUELQUES NOTIONS FINANCIÈRES
L’indice Itraxx Main Europe

L’indice iTraxx Main Europe est l’indice de référence du crédit européen, comme l’Eurostoxx 50 est celui des actions européennes.

C’est un indice composite créé en 2004, calculé en points de base*, qui synthétise un panier de Credit Default Swaps (CDS), produits dérivés caractérisés principalement pas leur grande liquidité.

Ce panier est composé de 125 entreprises européennes notées Investment grade (dont la notation est supérieure ou égale à BBB-) réputées les plus liquides et sélectionnées parmi plus de 800 entreprises européennes. Le poids de chaque entreprise qui le compose est identique. Cette liste est revue tous les 6 mois, et correspond à une nouvelle série. I’indice représente la « prime de risque moyenne » des entreprises qui le composent, c’est-à-dire le supplément de rendement que reçoit un investisseur en contrepartie du risque de solvabiloté de ces entreprises.

L’i-traxx main Europe affiche un taux de défaut cumulé de 0,31% à 5 ans et un seul défaut, depuis sa création, enregistré en 2009 avec Thomson. Sa diversification sur 125 noms permet également une forte répartition des risques. L’indice iTraxx Main est l’instrument de crédit le plus liquide du marché avec des volumes de transactions journaliers de 320 Mds EUR en moyenne.

Investir sur l’indice revient à initier une position de portage tout en diversifiant son risque de défaut sur 125 entreprises.

*1 point de base est égal à 0,01%

Les autres mots
Le contrat de capitalisation

Une enveloppe fiscale permettant aux personnes morales d’accéder aux produits de placement des compagnies d’assurance.

Le contrat de capitalisation est une enveloppe fiscale proposée par les compagnies d’assurance et dont les caractéristiques sont très proches de celles de l’assurance-vie.

Cependant, à la différence de sa grande sœur, le contrat de capitalisation n’est pas une assurance et n’offre pas l’ensembles des avantages successoraux en cas de décès du souscripteur. C’est pour la raison pour laquelle le contrat de capitalisation est principalement souscrit par les personnes morales, qui n’ont aucun avantage fiscal propre à souscrire sur ce type de support.

Le contrat de capitalisation a une durée de vie maximum de trente ans, mais peut être clôturé à n’importe quel moment par le souscripteur. Il offre également une garantie de liquidité à tout moment, la durée opérationnelle de rapatriement des fonds investis étant de quinze jours environ.

Ce support permet ainsi aux personnes morales de souscrire à l’ensemble des produits de placement proposés par les compagnies d’assurance.

Il donne notamment accès aux Fonds en Euros des assureurs, fonds géré directement par ces derniers et dont au moins 85% des produits financiers doivent être reversés aux assurés. Les Fonds en Euros sont des fonds diversifiés, investis principalement en titres obligataires, et offrant la double particularité d’un capital garanti par les assureurs et d’une valorisation linéaire en cours de vie.

Les investisseurs peuvent également intégrer dans leurs contrats, dits « multisupports », des Unités de Compte (UC) donnant accès à une grande variété de stratégies d’investissement différentes, mais non garanties par la compagnie.

Les SCPI

Les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), font partie des fonds d’investissements « pierre-papier » et ont pour objet de gérer exclusivement un patrimoine immobilier locatif. Les SCPI sont gérées par des sociétés de gestion spécialisées (agréées par l’AMF), indépendantes ou filiales de société de gestion d’actifs financiers, de groupes bancaires ou d’assureurs. A fin 2015, la capitalisation globale des SCPI a atteint 38 milliards d’euros, alors qu’elle n’était que de 19 milliards en 2009 et 11 milliards en 2004.

La SCPI permet à un investisseur d’avoir accès à un capital immobilier, principalement en France, tout en mutualisant avec d’autres investisseurs les risques et les coûts liés à ces investissements : travaux à réaliser, vacances locatives.
Les encours collectés dans les SCPI servent à acheter, pour les louer, des immeubles de bureaux et/ou d’habitation, des locaux d’activités ou des commerces. L’administration et gestion des baux sont assurées par la société de gestion.

Il existe plusieurs types de SCPI :
– Les SCPI « d’immobilier d’entreprises » : celles-ci sont les plus répandues et offrent, notamment pour les investisseurs institutionnels, le plus de profondeur et de liquidité. On retrouve dans cette catégorie : les bureaux, les commerces, les secteurs spécialisés comme les logements étudiants, les Ehpad , les entrepôts, les hôtels … Elles peuvent être spécialisées sur un secteur ou un pays.

– Les SCPI « résidentielles » : qui permettent de bénéficier des dispositifs fiscaux d’incitation à l’investissement résidentiel locatif.

Les SCPI ne sont pas des OPC comme les autres. Leur gouvernance est parmi la plus aboutie. Une SCPI est régie par les dispositions règlementaires du Code civil, du Code monétaire et financier, et du Règlement Général de l’AMF. Au-delà de la société de gestion, régulée et contrôlée par l’AMF, une SCPI bénéficie d’un modèle de gouvernance renforcé : l’Assemblée Générale annuelle regroupe tous les associés auxquels des comptes sont rendus, et auxquels sont soumises les grandes orientations. Un Conseil de Surveillance composé d’associés, opère tout au long de l’année les vérifications et contrôles qu’il juge opportuns. Le commissaire aux comptes certifie que les comptes annuels sont réguliers et sincères, et enfin au moins un évaluateur immobilier détermine les valeurs de patrimoine tous les ans à la clôture des comptes.

L’investisseur a accès au rapport annuel de la SCPI qui l’informe sur les principaux événements connus par la SCPI durant le dernier exercice et présente les stratégies d’investissement pour les années suivantes. Quant au rapport trimestriel, il le renseigne sur la capitalisation, le taux de distribution du trimestre, le nombre d’associés supplémentaires et les derniers arbitrages.

Acheter des parts de SCPI se fait dans une optique de long terme (l’AMF préconise 8 ans), d’autant plus que les droits d’entrée sont élevés. Le choix entre les supports existant est compliqué, car il doit s’effectuer en fonction de critères spécifiques. Ces critères sont relatifs à la composition patrimoniale de la SCPI et à des indicateurs financiers et comptables qu’il convient d’analyser avec précision et méthode.

1. Source : IEIF
2. Etablissements pour personnes âgées dépendantes